• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Un dogme revisité !

Les travaux de l’équipe de Francis Martin (UMR IAM Inra-Université de Lorraine), en collaboration avec des chercheurs américains du Joint Genome Institute, modifie une vision dogmatique de la répartition fonctionnelle des champignons xylophages.

La fructification d'une pourriture brune très fréquente dans les Vosges sur Epicéa.. © Inra, Francis Martin
Mis à jour le 21/07/2014
Publié le 11/07/2014

Les champignons dégradant le bois sont généralement classés en agents responsables de la pourriture blanche ou de la pourriture brune. Les premiers possèdent un arsenal enzymatique leur permettant de dégrader la lignine du bois afin d’accéder à la cellulose qu’ils consomment. En revanche, les seconds se contentent de dépolymériser la lignine, sans la dégrader, avant de digérer la cellulose.

À travers l’étude d’une trentaine de génomes fongiques et la réalisation d’analyses complémentaires (transcriptomiques, protéomiques, métabolomiques et microscopiques), ces chercheurs ont révélé que plusieurs champignons dégradeurs du bois cumulaient les caractéristiques des pourritures blanches et brunes, confirmant ainsi l’existence d’un continuum au sein des pourritures du bois ! Ces travaux succèdent aux précédents travaux de génomique fongique publiés notamment dans Sciences en 2012.

In fine, l’objectif de ce programme, commencé il y a une dizaine d’années, est de reconstruire l’évolution des champignons forestiers et d’expliquer leurs traits de vie écologique par l’analyse de leur répertoire de gènes.

Un véritable voyage dans le temps possible grâce à la génomique !

Pour plus d'informations :

Riley R, Salamov AA, Brown DW, et al. (2014) Extensive sampling of basidiomycete genomes demonstrates inadequacy of the white-rot/brown-rot paradigm for wood decay fungi. PNAS 111:8299-8304.

Floudas D, Binder M, Riley R, et al. (2012) The Paleozoic Origin of Enzymatic Lignin Decomposition Reconstructed from 31 Fungal Genomes.Science336:1715–1719.