• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Journal of Vegetation Science récompense un article publié par l’Inra

La revue Journal of Vegetation Science a attribué son prix des éditeurs 2013 à Jeanne Bodin et ses collègues pour un article publié dans le cadre de sa thèse, réalisée à l’Inra Nancy-Lorraine. L’article remet en cause le seul rôle du changement climatique dans les déplacements d'espèces végétales forestières observés ces dernières années dans le sud-est de la France.

Jeanne Bodin, docteur en sciences forestières, a soutenu sa thèse en 2010. Thèse réalisée à l'unité Ecologie et écophysiologie forestières (EEF), centre Inra de Nancy-Lorraine. © Irstea - Catherine Tailleux
Mis à jour le 03/06/2014
Publié le 09/01/2014

La revue Journal of Vegetation Science a annoncé le lauréat de son prix des éditeurs 2013 dans son numéro de janvier 2014 (publication avancée en ligne le 16 décembre 2013). L’article primé est issu de la thèse de Jeanne Bodin, réalisée dans l’unité Écologie et écophysiologie forestières (EEF) (1), sous la direction de Jean-Luc Dupouey et en collaboration avec l’Université de Hanovre, l’Inventaire forestier national et Météo-France.

Dans l’étude, l’équipe s’est intéressée à la migration d’espèces végétales forestières observée ces dernières années dans les régions de montagne. On y a constaté une remontée des espèces vers le haut au cours des dernières décennies. Ce déplacement a été attribué à l’augmentation des températures liée aux changements climatiques en cours. Les espèces migreraient pour conserver un habitat approprié. Dans un premier temps, en utilisant les données de l’Inventaire forestier national, l’équipe a bien retrouvé, dans le sud-est de la France, une remontée des espèces.

Mais les chercheurs de l’Inra ont montré que d’autres facteurs que le seul réchauffement climatique participaient à cette migration. En se limitant aux seules forêts fermées, matures, ils n’observent plus aucune remontée des espèces. Dans la mesure où la quasi-totalité du territoire en France métropolitaine est gérée par l’Homme, les modes de gestion et d’occupation des sols ont une incidence importante sur les écosystèmes. Depuis plusieurs décennies, la structure et la composition des forêts dans le sud-est de la France ont été fortement modifiées. La maturation et la fermeture du couvert forestier dans les zones de plus basse altitude induisent des déplacements apparents des espèces vers le haut. Des interventions humaines directes comme le changement d’usage des sols influencent donc la dynamique de la végétation et provoquent des effets qui peuvent être confondus avec ceux du changement climatique.

Jeanne Bodin a soutenu sa thèse en 2010, en co-tutelle entre l’Inra et l’université de Hanovre. Après un passage à l’Esitpa (école d’ingénieurs en agriculture de Rouen), elle est actuellement en post-doctorat à l’Irstea. Ses recherches en cours portent sur l’effet du débroussaillage sur la flore mellifère, dans le cadre de la lutte contre les feux de forêts.

(1) Unité mixte de recherche Inra – Université de Lorraine.

Jeanne Bodin parle de son article primé (vidéo)

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Écologie des forêts, prairies et milieux aquatiques

RÉFÉRENCES

Bodin, J., Badeau, V., Bruno, E., Cluzeau, C., Moisselin, J.-M., Walther, G.-R. & Dupouey, J.-L. 2013. Shifts of forest species along an elevational gradient in Southeast France: climate change or stand maturation? Journal of Vegetation Science, 24: 269–283.

Pärtel, M., Chiarucci, A., Chytrý, M. and Pillar, V. D. 2014. Silver Jubilee of the journal and complexity of global change. Journal of Vegetation Science, 25: 1–3.