• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Matériaux et molécules biosourcés : que dit la science de cette bioéconomie ?

Résidus des grandes cultures et de la sylviculture, reliquats de scierie, terrains en friche…. Et si, pour assurer notre sécurité alimentaire et la préservation de l’environnement, il suffisait de mieux valoriser les parties non comestibles des plantes et des arbres ? Cette biomasse lignocellulosique  abondante sur tout le territoire français, est encore sous utilisée. Pourtant elle pourrait nous aider à nous émanciper de la pétrochimie, dont la matière première (pétrole, charbon,…) n’est renouvelable qu’à des échelles de temps géologiques. Les recherches récentes sur la composition de la lignocellulose apportent des éléments de réponses sur les procédés de transformation potentielle. Le congrès« Explorons la biomasse lignocellulosique : défis et opportunités pour la bioéconomie », organisé à Reims en Juin 2018, réunira plus de 130 chercheurs issus de plus de 10 pays pour partager connaissances scientifiques et solutions innovantes dans ce domaine.

Flyer EBL Reims © Yves Bernardi

Mieux comprendre la complexité de la biomasse lignocellulosique pour optimiser sa valorisation

La biomasse lignocellulosique1 (cellulose, hémicellulose, lignine) constitue la structure des végétaux, et est bien distincte des substances de réserves utilisées pour l’alimentation humaine et animale. Elle peut être exploitée à partir de ressources diverses comme le bois, les résidus de culture ou les cultures dédiées. C’est un formidable réservoir de molécules d’intérêt pour la chimie, l’énergie et les matériaux. Mais sa complexité chimique et structurale rend les procédés de transformation difficiles à mettre en œuvre. Déterminer les facteurs de la récalcitrance de la biomasse lignocellulosique est donc une question centrale qui intéresse une large communauté d’acteurs académiques et industriels et de décideurs politiques à travers le monde.

Développer des matériaux et molécules biosourcés

L’enjeu principal de l’utilisation de la biomasse lignocellulosique est de concevoir des produits biosourcés2 correspondant à une réalité économique de marché et apte à se substituer aux produits issus du carbone fossile tel les biocarburants, bioplastiques, biocosmétiques, etc. La complexité chimique de la biomasse lignocellulosique représente aussi un challenge économique. Les étapes de transformation restant coûteuses, de nombreux projets de recherche en biotechnologie (par exemple Futurol pour la production de biocarburants) étudient aujourd’hui les différentes étapes de transformation, de l’optimisation du choix des ressources végétale aux voies de fonctionnalisation des produits vers les marchés de la chimie et des matériaux.

1 Ensemble des matières et résidus d’origine végétale, hors matière fossiles comme le pétrole ou le charbon,  pouvant être utilisés comme ressource.

2 Les produits biosourcés sont définis comme étant entièrement ou partiellement issus de la valorisation non alimentaire de produits agricoles.

En savoir plus