• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Comment évaluer les potentialités de l’agroforesterie dans le Grand-Est ?

Dans la région, le modèle agroforestier, associant des arbres aux cultures agricoles, intrigue les agriculteurs ! Le projet PotA-GE propose d’en évaluer les potentialités dans le Grand-Est.      

Jeune parcelle plantée en agroforesterie. Plateau de grandes cultures. Bassin parisien.. © Inra, CAUVIN Brigitte
Mis à jour le 23/04/2018
Publié le 11/03/2018

Des initiatives individuelles de cultures agroforestières se multiplient dans la région sans que l’on sache les quantifier à l’heure actuelle. Les intérêts de ce modèle sont déjà démontrés par exemple dans le Sud de la France tant du point de vue de la production agricole que de la protection de l’environnement. Face à ce constat, le projet PotA-GE propose d’évaluer les potentialités de l’agroforesterie dans le Grand-Est. Porté par Nicolas Marron, chercheur au sein de l'Unité Silva, le projet démarré en 2018 vise à évaluer en 3 ans l'impact de l’introduction d’arbres dans des parcelles agricoles régionales sous nos latitudes.

Un système expérimental à différentes échelles

Pour analyser l’influence de ce mode de culture, plusieurs placettes ont été installées sur un site pilote de 4 hectares à la Bouzule (54). Le dispositif se compose de deux modèles agroforestiers (peuplier-céréale, aulne-luzerne) et des quatre monocultures correspondantes. Le but ? Identifier et quantifier l’influence des dispositifs agroforestiers sur l’environnement proche (émissions de Gaz à effet de Serre (GES), fuites de nitrates, etc.), le fonctionnement des sols (minéralisation des matières organiques) et la productivité de la plantation en comparaison avec les monocultures. Un plan d’expérience sera ensuite exporté à l’échelle de la région chez des agriculteurs pratiquant ce modèle. Les chercheurs pourront ainsi élargir les résultats obtenus du site pilote et paramétrer un modèle évaluant des scénarios de déploiement régional. Enfin, des enquêtes seront menées auprès des agriculteurs de la région pour identifier les pratiques agricoles et les verrous technico-économiques liés au développement des systèmes agroforestiers.

Un partenariat entre le monde la recherche et les acteurs de la filière

Ce projet associe des partenaires académiques des mondes forestier (Unité Silva) et agricole (Laboratoire Agronomie et Environnement, Ferme expérimentale de la Bouzule) à des partenaires plus proches de la filière (Chambres d'Agriculture, Comité Technique d'Agroforesterie du Grand-Est).

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Contact(s) partenaire(s) :
Patrick COCHARD, Chambre départementale d'agriculture de l'Aube (CD410), Thomas LACROIX, Chambre départementale d’agriculture des Vosges (CDA88)
Parcelle Agrogorestière du site pilote installé à la  Bouzule (54) © Nicolas Marron

A propos de

MAELIA, une plateforme pour modéliser des impacts à l'échelle des territoires

MAELIA est une plateforme de modélisation et de simulation, multi-agents, permettant d’évaluer, à l’échelle du territoire, les impacts environnementaux, économiques et sociaux des changements combinés de normes de gestion de l’eau, d’activités agricoles et globaux (démographie, dynamique d’occupation du sol et changements climatiques).