• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Atelier REGEFOR 2017
"Émergence de bioagresseurs en forêt : comment identifier et atténuer les risques ?"

Les 20, 21 et 22 juin 2017 - Centre Inra de Grand Est - Nancy
  Campus de Champenoux - Salle de Conférence

Annonce atelier Regefor 2017. © Inra, Y. Bernardi
Mis à jour le 06/06/2017
Publié le 29/05/2017

S’il est vrai que forêts ont gagné beaucoup de terrain depuis le début du 19ème siècle - elles couvrent à présent environ un tiers de la superficie de France métropolitaine, elles ont fait face depuis quelques décennies aux émissions polluantes soufrées et azotées à présent en recul, et, de plus en plus nettement, aux effets du réchauffement climatique. Une autre préoccupation majeure porte sur l’émergence de nouveaux bioagresseurs, qui causent des dépérissements et des maladies des arbres forestiers. Les causes de ces émergences sont multiples : changement climatique, modification des pratiques sylvicoles, introduction de bioagresseurs exotiques. Les introductions sont liées à l’intensification des échanges internationaux, qui supprime de nombreuses barrières naturelles à la dispersion des organismes, et entraîne une redistribution de nombreuses espèces animales, végétales et microbiennes entre continents. Certains de ces bioagresseurs (il peut s’agir d’insectes, de nématodes, de champignons, de bactéries ou de virus phytopathogènes) entraînent des pertes économiques importantes et constituent une menace pour la conservation de la biodiversité. Au-delà de ces effets sur la production de bois, l’intégrité de l’écosystème tout entier peut-être menacé (son fonctionnement, sa biodiversité) et, à travers elle, la production des biens et services rendus à la société.

La chalarose du frêne, la pyrale du buis, la maladie des bandes rouges des pins, le cynips du châtaignier, sont quelques-unes des espèces émergentes récentes en France métropolitaine. D’autres maladies et ravageurs, telles le nématode du pin maritime, le flétrissement américain du chêne, la « mort subite du mélèze » ou encore l’agrile du frêne, constituent une menace majeure ou sont à nos portes.

Ces bioagresseurs sont au centre des préoccupations des acteurs institutionnels de la surveillance phytosanitaire, et préoccupe de plus en plus les gestionnaires forestiers.

L'Atelier en quelques mots.

L’Atelier REGEFOR 2017 présentera un état des connaissances sur les principaux bioagresseurs émergents en forêt, s’intéressera à la gestion à court terme des risques, aux méthodes de détection, de surveillance et de lutte, ainsi qu’aux perspectives à long terme d’adaptation des écosystèmes forestiers aux nouveaux bioagresseurs. Ce sera également l’occasion d’échanger sur le dispositif en place pour contenir les risques, au sein duquel la réglementation phytosanitaire a une place importante.

Organisé par l’Inra, AgroParisTech, l’Université de Lorraine, le GIP Ecofor, le DSF et l’ONF, l’Atelier comportera des sessions de présentations synthétiques, des temps de discussion ainsi qu’une tournée de terrain. Il donnera lieu à un numéro en accès libre de la Revue forestière française et à d’autres actions de diffusion.

Le programme du colloque est disponible ici

Vous pouvez vous inscrire jusqu'au 11 juin via le lien suivant.

Attention, les places sont limitées, pensez à vous inscrire rapidement.

Pour plus d’informations pratiques concernant votre participation à l'atelier (hébergement, restauration, navette...) se reporter à la rubrique «informations pratiques»

Appel à posters : contributeurs volontaires

Doctorants, post-doctorants ou jeunes docteurs qui participeront à REGEFOR 2017, sont invités à présenter leurs travaux en lien avec la thématique de REGEFOR.
Vous avez jusqu'au 11 juin 2017 pour proposer un poster sur un travail acquis ou en cours. Il sera exposé au premier étage du bâtiment central pendant la durée de REGEFOR. Une session de présentation des posters par leurs auteurs est prévue le mercredi 21 juin en fin de journée et sera précédée d’une présentation « flash » des posters en salle par un chercheur.

Vous pouvez soumettre vos propositions de poster via le lien suivant.